Mois : juillet 2020

Hausse du prix de l’oignon et de la pomme de terre : Les commerçants pointés du doigt

Hausse des prix de l’oignon et de la pomme de terre à la veille de la fête de Tabaski. Si les commerçants sont pointés du doigt par l’Association des consommateurs, ces derniers se dédouanent et pointe du doigt l’insuffisance de la production nationale qui ne peut satisfaire le marché. Toutefois, les corps de contrôle sont interpellés en vu de contraindre les commerçants véreux au respect des prix fixés par les autorités.
Reportage Mbayang COR



Invité du jour : Alla Dieng, Directeur exécutif de l’UNACOIS Yessal

Flambée des prix de l’oignon et de la pomme de terre en cette veille de Tabaski, les commerçants pointés du doigt se dédouanent et relativisent. Le Directeur exécutif de l’Unacois Yessal, invité de Mbayang Cor, prend la défense des commerçants et accuse l’insuffisance de la production nationale.
Alla DIENG que nous écoutons



Tabaski : Le Président du Conseil National de la Maison des éleveurs craint une mévente

Crainte de mévente de moutons du côté des éleveurs. Dans plusieurs points de vente, les moutons ne sont pas encore écoulés à quelques heures de la Tabaski, nous signale le Président du Conseil National de la Maison des éleveurs. S’il n’y a pas changement de dernière minute, cette situation va impacter négativement les éleveurs qui ont contracté des prêts pour leur opération.
La réaction de Ismaila SOW au téléphone de Mbayang COR



Tabaski : « Les musulmans ne doivent pas se ruiner pour avoir un mouton », selon Imam Sarr

Les musulmans ne doivent pas se ruiner pour avoir un mouton de Tabaski dixit ainsi Imam Youssoupha Sarr. Ce dernier estime que l’essentiel est d’avoir un mouton qui répond aux critères exigés par l’Islam. Par ailleurs, il souligne que l’élevage domestique noté actuellement à Dakar n’est pas la solution au regard des désagréments qu’il engendre sur l’environnement et l’hygiène publique.
Il est au micro d’Issa DIAL



Invité du jour : Imam Youssoupha Sarr, Président Fédération Nationale des Organisations Consuméristes

L’opérationnalisation du pesage du mouton de Tabaski constituerait un casse-tête. C’est le sentiment du Président de la Fédération Nationale des Organisations de consommateurs. Imam Youssoupha Sarr estime que l’alternative face à la montée du prix du mouton se trouve dans la capacité d’approvisionnement du marché par les autorités.
Il est interrogé par Issa DIAL



Revue de presse économique du 29/07/20



Fixation des prix des moutons selon leur poids spécifique : Les acteurs se prononcent

La proposition du Président de l’ASCOSEN de fixer les moutons selon leur poids spécifique balayée d’un revers de la main par les acteurs de l’élevage. Si certains d’entre eux réfutent la cherté des moutons, d’autres relativisent et pensent qu’il y a d’autres mécanismes pour lutter contre la flambée des prix.
Reportage Mbayang COR



Invité du jour : Mamadou Doudou Fall, Président de l’Association des professionnels de la viande et du bétail

Mamadou Doudou Fall est l’invité du journal. Dans cet entretien accordé à Mbayang Cor, le Président de l’Association des professionnels de la viande et du bétail qualifie de mauvaise idée la proposition de vente des moutons faite par l’ASCOSEN selon des critères de pesage adéquat. Mamadou Doudou Fall estime par ailleurs que la floraison des points de vente de moutons notée actuellement à Dakar n’impacte en rien le contrôle sanitaire des moutons.
Suivons leur entretien



Issa Wade, Chef Division Consommation et sécurité des consommateurs sur l’étude de l’IPAR sur les aliments contaminés

Des contraintes d’ordre organisationnel et fonctionnel entre l’administration et vendeurs dans la rue retardent le suivi des contrôles, selon le Chef de la Division Consommation et sécurité des consommateurs. Issa Wade, qui commente l’étude de l’IPAR, appelle à une concertation permanente sur l’encadrement, la formation et les bonnes pratiques d’hygiène alimentaire.
Nous l’écoutons au téléphone d’Aminatou DIALLO



Tabaski-Covid : Les vendeurs de boubous prêt-à-porter au marché HLM ne voient pas de clients

Qui parle de Tabaski parle également de jolis boubous. A j-4, les vendeurs de prêt-à-porter attendent toujours les clients. Au marché HLM, l’activité est au ralenti pour cause de COVID 19. Toutefois, les commerçants qui espèrent toujours tirer leur épingle du jeu, signalent que les prix sont abordables.
Reportage Oumy DIOP