Catégorie : Pétrole

Corinne Delechat, Chef de la mission du FMI sur l’ajustement des prix des hydrocarbures

Ajustement des prix des hydrocarbures pour éviter un éventuel besoin de subvention. C’est du moins la recommandation du FMI au Sénégal après l’attaque des réserves de l’Arabie Saoudite qui a impacté l’approvisionnement mondial en pétrole. Corine Delechat insiste sur l’importance pour un Etat comme le Sénégal d’éviter l’accumulation des dettes qui fragilise nos économies.
Le Chef de la mission du FMI que nous écoutons au micro de Mbayang COR



Invité du jour : Cheikh Diop, Président du Syndicat du pétrole et du gaz

L’attaque de drones contre des installations pétrolières en Arabie Saoudite qui a entrainé une flambée des prix du brut de 15% et une réduction de moitié de la production du 1er pays exportateur de pétrole aura forcément impacter un pays comme le Sénégal totalement dépendant de l’énergie pétrolière. Une situation qui s’ajoute à un secteur pétrolier déjà plombé par un endettement élevé avec 300 milliards dus aux sociétés pétrolières et un manque de remboursement de la péréquation d’après le Président du Syndicat du pétrole et du gaz. Cheikh Diop exhorte l’Etat à prendre des mesures pour éviter une éventuelle rupture.
Nous l’écoutons au téléphone de Mbayang COR



Invité du jour : El Hadj Maguette Diop, Secrétaire général du Syndicat des Travailleurs de la SAR

Dette de la Société Africaine de Raffinage : le ministre du budget a reçu instruction de l’Etat pour solder ce passif. Annonce faite par le ministre du pétrole, Makhtar Cissé. Une annonce saluée par le Secrétaire général du Syndicat des Travailleurs de la SAR. El Hadj Maguette Diop affiche son optimisme et précise qu’avec une avance de 80 milliards sur cette dette de 100 milliards, la société aurait de quoi remettre ses machines en marche. Il juge par ailleurs leurs conditions de travail plus ou moins favorables.
Nous l’écoutons au téléphone de Seynabou DIALLO



Secteur du pétrole : Le Président Sall promet la transparence dans la gestion

Le Centre International de Conférence Abdou Diouf de Diamniadio a abrité hier l’atelier sur la mise en place de la loi sur le contenu local dans le secteur du pétrole et du gaz. Divers thèmes ont été abordés et discutés par les acteurs pour une gestion transparente des ressources naturelles et un consensus fort avec toutes les parties prenantes. Occasion saisie par le Président république pour rassurer les acteurs sur la transparence dans la gestion de ce secteur et l’implication d’experts en droit dans les négociations contractuelles.

Compte rendu Christiane Claire GOMIS

 



La hausse sur les hydrocarbures n’est pas exagérée, selon le Président de l’Association Sénégalaise des Pétroliers

La loi sur le contenu local protège le secteur privé national. Assurance donnée par Sékou Fanta Mady Diaité. Le Président de l’Association des Pétroliers du Sénégal réclame un quota dans la production de pétrole afin de pouvoir alimenter la plateforme pétrolière. Selon lui, la hausse notée sur les hydrocarbures n’est pas exagérée. Il signale par ailleurs que si la stabilisation notée actuellement sur le prix du pétrole perdure, un retour aux anciens prix est possible.

Seynabou Gaëlle DIONG



Invité du jour : Oumou Khayri Diaw Diop, Directrice de la stratégie et de la règlementation au ministère du pétrole et de l’énergie

Gestion des ressources naturelles ; le Sénégal dispose désormais de deux lois. Une sur le code pétrolier et l’autre sur le contenu local. Pour Oumou Khayri Diaw Diop, ces deux lois se complètent en ce sens que la 1ère régit toutes les activités liées à l’exploitation des ressources pétrolière et gazière et la seconde regroupe les initiatives prises pour la promotion de l’utilisation de ces ressources. Par conséquent, il n’y a pas d’incohérences entres des lois ni de risques de doublons, selon la directrice de la stratégie et de la règlementation au ministère du pétrole et de l’énergie.

Nous l’écoutons au micro de Seynabou DIALLO



Le décret d’application de la loi portant sur le contenu local sera pris sans délai, selon le Président Sall

Le décret d’application de la loi portant sur le contenu local sera pris sans délai après l’atelier sur sa mise en œuvre qui se tient aujourd’hui à Diamniadio. Le Chef de l’Etat a pris l’engagement lors de l’ouverture de cette rencontre. Le Président invite le secteur privé à saisir les opportunités de la chaîne de valeur du pétrole et du gaz qui offre une large gamme d’activités génératrices de revenus et à travailler avec le privé étranger pour un partenariat gagnant-gagnant.

Le président Macky SALL au micro de Christiane Claire GOMIS



Pétrole et gaz au Sénégal : Retour sur le scandale de 10 milliards révélé par BBC

BBC révèle un gros scandale de 10 milliards de dollars sur le pétrole et le gaz au Sénégal. D’après  BBC, BP, le géant de l’énergie a accepté de payer près de dix milliards de dollars à un homme d’affaires impliqué dans un contrat pétrolier controversé. BP avait acheté les actions de Frank Timis dans un gisement de gaz au large des côtes du Sénégal pour 250 millions de dollars en 2017. Mais les documents obtenus par BBC Panorama et Africa Eye révèlent que BP versera également à sa société entre neuf et douze milliards de dollars en redevances. BP et Frank Timis ont tous deux nié tout acte répréhensible dans cette affaire.

Sadio SYLLA



Invité : Mouhamed Abdallahi Seck, Directeur Général de Sahel Distribution

Exploitation des ressources dans le pétrole, notre pays va profiter de plus de 10% des retombées. Les recettes peuvent atteindre 60%, selon le Directeur général de Sahel Distribution. Ces parts vont venir du contrat de partage de produits, a indiqué Mouhamed Abdallahi Seck au micro de Issa DIAL



L’Etat du Sénégal doit se doter d’une nouvelle raffinerie, selon Serigne Momar Dièye DG de Elogen

L’Etat du Sénégal doit se doter d’une nouvelle raffinerie. Objectif, améliorer sa capacité de raffinerie pour tirer profit des produits pétroliers, soutient Serigne Momar Dièye. Le DG de la Société Elogen juge les 1 million 200 tonnes par an très limité alors que la consommation nationale dépasse les 3 millions de tonnes. Il s’exprimait en marge de la journée d’échanges et de partage de l’Institut de formation professionnelle en automobile et pétrolier.

Nous l’écoutons au micro de Christiane Claire GOMIS