Invité du jour : Souleymane Soumaré, Directeur exécutif de l’APBEF

L’APBEF entend répondre favorablement à l’invite de la BCEAO et du Chef de l’Etat d’accorder aux particuliers et aux entreprises un report d’échéance de leur prêt jusqu’au 31 décembre prochain. Son Directeur exécutif révèle même qu’en fin mai, 955 entreprises et 5098 particuliers ont bénéficié déjà d’un report d’échéance pour un montant d’environ 64 milliards FCFA.
Souleymane SOUMARE au téléphone de Mbayang COR



Revue de Presse Economique du 22/10/20



Alimentation : Les Sénégalais consomment-ils des fruits et légumes?

Manger 5 fruits et légumes est une recommandation pour avoir une alimentation équilibrée. L’application de cette recommandation dans un pays comme le Sénégal n’est pas facile car l’accès à ces aliments nutritifs pose problème pour une frange de la population, selon certaines personnes rencontrées.
Reportage Ndèye Anta NDIAYE



Sénégal : L’agriculture familiale pour lutter contre l’insécurité alimentaire

Au Sénégal, l’agriculture familiale poursuit son petit bonhomme de chemin. Ce type de production permet à une famille entière de se nourrir. Dans le monde rural, les femmes s’organisent pour la mise en place de boutiques pastorales pour conserver l’aliment de bétail, les denrées de première nécessité et les spéculations tout le long de l’année. Selon la présidente du Directoire national des femmes en élevage, un programme de sensibilisation est déroulé pour convaincre les jeunes à rester dans les terroirs et travailler dans les exploitations familiales.
Plus de détails avec vous Seynabou Gaelle DIONG



Insécurité alimentaire : Le Sénégal toujours dans la zone rouge, selon Mamadou Lo Thiam

Insécurité alimentaire, le Sénégal perdure dans la zone rouge, dixit Mamadou Lo Thiam du Forum Civil. 22 départements sont ainsi concernés dans le nord et le sud du pays. L’expert en sécurité alimentaire explique que si cela persiste, c’est parce que les politiques mises en place ne sont pas opératoires ou pire encore elles n’atteignent pas leur cible.
Mamadou Lo THIAM est joint au téléphone par Seynabou DIALLO



Invité du jour : Dr Aby Paye, pharmacienne et conseillère en nutrition

Manger 5 fruits et légumes par jour est une recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé pour avoir une bonne hygiène alimentaire. Au Sénégal, les légumes servent souvent à décorer les plats seulement. Nos compatriotes ne sont pas friands de légumes. Pour les fruits, il se pose généralement un problème de pouvoir d’achat et d’accessibilité. Dr Aby Paye pharmacienne et conseillère en nutrition nous parle des bienfaits de la consommation régulière de fruits et légumes et de la nécessité d’éduquer les enfants dès le bas âge dans ce sens.
Elle est au micro d’Abdoulaye Sakou FAYE



Revue de Presse Economique du 15/10/20



Période hivernale : Difficile de s’approvisionner en légumes, poisson et viande

Certaines denrées telles que les légumes, le poisson, la viande deviennent de plus en plus chers et parfois rares sur le marché en cette période hivernale. Une situation que les commerçants rencontrés au marché Kermel de Dakar jugent difficile et donnent les raisons. Ainsi, certains clients ont du mal à faire leurs achats comme ils le souhaitent.
Reportage Ndèye Anta NDIAYE



Journée mondiale de la normalisation au Sénégal : La réactualisation de la politique nationale de la qualité au menu

Ce 14 octobre est célébrée la journée mondiale de la normalisation. « Protéger la planète grâce aux normes » est le thème de cette 51ème édition. Célébrée dans un contexte de COVID 19, le Sénégal compte réactualiser son plan d’action de la politique nationale de la qualité à travers cette manifestation.
Seynabou Gaëlle DIONG



Invité du jour : Hamidou Diop, Président du Cadre de Concertation des Producteurs d’Arachide (CCPA)

Les récoltes ont bien commencé et elles sont prometteuses. L’assurance émane du Président du Cadre de Concertation des Producteurs d’Arachide (CCPA). Selon Hamidou Diop, la campagne de commercialisation devra débuter plutôt que prévu. Cependant, il souhaite une augmentation du prix à 300 francs.
Il est joint au téléphone par Sadio SYLLA
Hamidou DIOP est également revenu sur la problématique du capital semencier, de l’exportation des graines, la divagation du bétail, les conflits fonciers, entre autres