Catégorie : Industrie

Covid 19 : 20 millions de pertes subies par les meuniers

20 millions de pertes subies par les meuniers avec la crise sanitaire provoquée par la pandémie de covid19. Information donnée par le Président de l’Association des Meuniers et Industriels du Sénégal. Selon Claude Demba Diop, leur activité est menacée par l’application des taxes à l’export sur le blé, le dérèglement climatique provocant la flambée des prix. Face à la presse ce mardi, ces membres de l’association exhorte l’Etat à convoquer un comité des prix pour augmenter le prix du sac de la farine.
Il est au micro d’Oumy DIOP



Taxe sur le blé : La suspension favorise plus le consommateur que le boulanger

La suspension de la taxe sur le blé, selon le Président du Regroupement des Boulangers du Sénégal, bénéficie plus au consommateur qu’au boulanger. Pour la bonne et simple raison qu’elle vise à éviter l’augmentation du prix du pain. Modou Guèye estime toutefois que la révision de l’homologation du prix du pain serait la meilleure mesure à prendre pour les boulangers afin de les aider à supporter leurs charges.
Il est au téléphone de Aminatou DIALLO



Suspension taxe sur le blé: Pas d’impact sur le prix du sac de farine fixe à 16.700 francs

Après s’être réjoui de la suspension de la taxe sur le blé, le Président de l’Association des Meuniers et Industriels du Sénégal affirme que cette suspension n’entraine guère une baisse sur le prix du sac de la farine de blé qui est bloqué à 16.700 francs. Cependant, Claude Demba Diop annonce qu’à court terme, on peut assister à une légère hausse du prix de la farine à cause de l’augmentation du transport qui passe de 300 à 325 euros la tonne.
Nous l’écoutons au téléphone d’Aminatou DIALLO



Invité : Amadou Gaye, Président de la Fédération des Boulangers du Sénégal

Les boulangers ont présenté dans les rayons dès ce lundi, le nouveau format de pain à 200 FCFA. Le Président de la Fédération Nationale des Boulangers du Sénégal rassure qu’il n’y a pas de hausse. Amadou Gaye pointe par ailleurs du doigt la Direction du Commerce intérieur qui, selon lui, provoque les boulangers. En effet, elle leur délivre des convocations fictives pour infractions à la distribution contraire à la loi. D’ailleurs, la FNBS compte répondre à la provocation en allant en grève dans les jours à venir.
Amadou GAYE interrogé par Seynabou DIALLO



Invité : Serigne Diaw, Chef du Service régional commerce de Dakar

Déploiement des agents du ministère du commerce pour contrôler et éventuellement réquisitionner la baguette de 230 grammes. La commercialisation de cette dernière est exclusivement réservée aux boulangeries et à leur prolongement, rappelle le Chef du Service régional du commerce de Dakar. Serigne DIAW d’inciter les boulangers au respect de la règlementation.
Il est au téléphone de Mbayang COR



Pose 1ère pierre 2ème phase P2ID : Un projet d’investissement de 60 miliards

Cérémonie de pose de la première pierre de la 2ème phase de la plateforme industrielle internationale de Diamniadio hier. Ce projet d’investissement de 60 milliards, à bâtir sur 40 ha, va permettre de booster l’industrialisation, secteur pourvoyeur d’emplois. Les travaux vont durer 24 mois.
Compte rendu Oumy DIOP



Huile d’arachide : Le DG de la SONACOS annonce son retour sur le marché

D’ici juillet, l’huile d’arachide sera de retour dans le marché avec de nouveaux formats et une légère hausse du prix. Annonce faite par le Directeur général de la Sonacos SA. Modou Diagne Fada informe que son usine a acheté 68 mille 500 tonnes d’arachide durant la campagne de commercialisation pour cette année. Ce qui, selon lui, est en-deçà de leurs attentes. Propos tenus lors de sa visite au CICES dans le cadre de la FIARA.
Il est au micro de Oumy DIOP



Le Sénégal compte 97% d’entreprises informelles contre 3,6% formelles, selon Habib Ndao

La formalisation est un préalable à l’accès aux financements. Le secrétaire exécutif de l’Observatoire de la Qualité des Services Financiers l’a fait savoir ce matin à l’ouverture de la journée de sensibilisation sur la formalisation des acteurs du secteur informel. Au Sénégal, il y a plus de 97% d’entreprises informelles contre seulement 3,6% formelles. Selon Habib Ndao, le secteur contribue à plus de 3.000 milliards dans le budget de l’Etat.
Habib NDAO au micro de Seynabou Gaëlle DIONG



Secteur informel : Plus de 9 millions de personnes s’y activent au Sénégal

Corriger le dualisme entre les secteurs formel et informel pour avoir une économie globale au sein de laquelle le secteur dit informel occupe déjà une place très importante. C’est la volonté affichée par Momar Diop, représentant du ministre des finances. Selon lui, c’est plus de 9 millions de personnes qui s’y activent.
Nous l’écoutons au micro de Seynabou Gaëlle DIONG



Formalisation des acteurs de l’informel : La CCIAD fait plus de 36.000 dossiers par an

La Chambre de commerce de Dakar, à travers son Président, encourage les acteurs du secteur informel à se formaliser, seul gage pour sortir de la précarité. D’ailleurs, la chambre consulaire a ouvert un bureau qui aide les acteurs à se formaliser en l’espace d’une journée. Ce qui fait dire au président Abdoulaye Sow que son institution réalise plus de 36 mille dossiers de formalisation par an.
Nous l’écoutons au micro de Seynabou Gaelle DIONG