Catégorie : Pêche

Invité : Fatou Niang Ndiaye, membre du GAIPES sur la pêche INN

Fatou Niang Ndiaye, membre du Groupement des Armateurs et Industriels de la Pêche au Sénégal (GAIPES) est l’invitée du journal. Dans cet entretien, elle revient sur la célébration aujourd’hui de la journée mondiale de la lutte contre la pêche INN. Le Sénégal n’a cessé depuis 2019 de faire des efforts dans cette lutte. Elle estime qu’il faut cependant plus de transparence dans la gestion des pêcheries pour pouvoir diminuer les effets de ce phénomène. Et le Sénégal a tous les moyens pour lutter contre ce fléau.
Entretien signé Seynabou DIALLO

Pêche : Les acteurs plaident pour l’organisation d’un conseil présidentiel

Si le pétrole a des conséquences négatives, le premier impacté sera le pêcheur. Dixit le vice-président de la Coalition Nationale pour une Pêche Durable (CONAPED). Pour parer à toute éventualité, Abdoulaye Ndiaye demande aux nouvelles autorités de tenir un conseil présidentiel de la pêche et parler du secteur et du pétrole trouvé au Sénégal. Il s’exprimait en marge de la journée de la redevabilité halieutique qui s’est tenue hier à Dakar.
Nous l’écoutons au micro de Seynabou DIALLO

Invité : Adama Lam, vice-président du GAIPES sur la pêche INN

Le Sénégal a deux mois pour apporter des corrections aux pratiques de pêche INN après le carton jaune de l’Union Européenne, informe le vice-président du GAIPES. Adama Lam de soutenir que le Sénégal risque de voir ses exportations des produits halieutiques vers le marché européen bloquées par l’UE et perdre ainsi 250 milliards de devises par an. Le Président de la CNES de souligner que cet avertissement doit pousser les autorités à avoir un dialogue franc sur ce sujet. Il a tenu ces propos hier en marge d’un atelier consacré à la redevabilité halieutique et sur la publication des listes des bateaux opérant dans nos eaux.
Nous l’écoutons au micro de Seynabou DIALLO

Pêche : Le Sénégal reçoit un carton jaune de l’Union Européenne

Le Sénégal a reçu un carton jaune de l’Union Européenne. Cet avertissement est le fruit de la pêche frauduleuse opérée par plus de 100 bateaux dans les eaux sénégalaises entre 2019 et 2024. Révélation de Fatou Niang Ndiaye membre du GAIPES. Elle s’exprimait ce matin en marge de l’atelier d’échanges entre le GAIPES, le Forum Civil et les journalistes sur les enjeux de la publication de la liste des bateaux de pêche autorisés à opérer dans les eaux sous juridiction sénégalaise.
Nous l’écoutons au micro de Seynabou DIALLO

Vidéos virales sur les mers poissonneuses : CLPA et CONIPAS parlent de fake news

Depuis un certain temps, des vidéos circulent sur le net informant que les eaux sénégalaises sont devenues poissonneuses suite aux décisions prises par le Président Diomaye Faye pour redorer le secteur de la pêche. Cette information est qualifiée de fake news par les acteurs du Conseil National Interprofessionnel de la Pêche Artisanale au Sénégal (CONIPAS) et des Conseils locaux de la Pêche Artisanale (CLPA). Leurs responsables estiment qu’il faut au moins 4 mois pour une régénération de la ressource.
Reportage Seynabou DIALLO

Invité : Alassane Diatta, Coordonnateur des Conseils Locaux de la Pêche Artisanale (CLPA)

Alassane Diatta, Coordonnateur national des Conseils Locaux de la Pêche Artisanale (CLPA) est l’invité du journal. Il revient dans cet entretien sur la régénération des poissons qui serait due, selon certains, par la publication des listes des bateaux autorisés à pêcher dans nos eaux. Pour lui, il faut naturellement attendre 4 mois. Il ajoute que les vidéos qui montrent les captures de poissons n’a, selon lui, aucun effet direct.
Entretien réalisé par Seynabou DIALLO

Publication de la liste des bateaux autorisés à pêcher : Une vieille doléance satisfaite

Au total, 151 navires sont autorisés à pêcher dans les eaux sénégalaises. Il s’agit de 132 bateaux nationaux et 19 étrangers. La ministre des pêches a rendu publique ce lundi la liste de ces navires autorisés à pêcher. Pour l’Union Nationale de la Pêche Artisanale du Sénégal (UNAPAS) et le Conseil Local de la Pêche Artisanale (CLPA), c’est une vieille doléance qui vient d’être satisfaite. Cette publication va, selon eux, renforcer la surveillance dans nos eaux et permettre l’identification des bateaux pratiquant la pêche INN. Ils recommandent de vérifier si les espèces pêchées sont autorisées dans les contrats.
Aminatou DIALLO

Invité : Dr Aliou Ba, Responsable Campagne Océan à Greenpeace Afrique

Le nombre de bateaux autorisés à pêcher dans nos eaux est très élevé comparé à la ressource, selon le responsable campagne océan à Greenpeace Afrique. Dr Aliou Ba salue toutefois la publication de la liste de navires autorisés à pêcher au Sénégal. Il appelle cependant à faire l’audit des procédures d’obtention des licences de pêche et à déterminer les vrais propriétaires et l’origine des bateaux. Dr Aliou Ba appelle par ailleurs les responsables à investir dans la surveillance et dans la recherche.
Il est interrogé par Aminatou DIALLO

Pêche durable : Les acteurs se dotent d’une charte qui s’articule autour de 13 points

Les acteurs de la pêche se sont dotés hier d’une charte pour une pêche durable. Signé hier en présence des autorités, ce document s’articule autour de 13 points notamment le gel de l’octroi de licences de pêche industrielle sur les stocks pleinement exploités ou sur exploités d’après les acteurs. Ces derniers invitent le futur Président à soutenir cette initiative. Ces acteurs interpellent, à travers cette charte, les décideurs à une plus grande transparence dans la gestion des ressources halieutiques.
Compte rendu Sadio SYLLA

Abdoulaye Ndiaye Greenpeace et Mamadou Diop Thioune CONIPAS sur la pêche durable

La recherche est le parent pauvre de la pêche au Sénégal d’après Greenpeace et le Conseil National Interprofessionnel de la Pêche artisanale du Sénégal (CONIPAS). Leurs responsables déplorent le fait que la recherche pour évaluer les stocks soit négligée par l’État. Cette situation explique d’ailleurs la rareté de la ressource et les problèmes auxquels sont confrontés les pêcheurs locaux. Par conséquent, ils appellent les autorités à mettre l’accent sur la recherche.
Écoutons tour à tour Abdoulaye NDIAYE Chargé Campagne Océan à Greenpeace et Mamadou Diop Thioune Coordonnateur du CONIPAS au téléphone de Sadio SYLLA

YouTube