Catégorie : Seynabou Diallo

Vidéos virales sur les mers poissonneuses : CLPA et CONIPAS parlent de fake news

Depuis un certain temps, des vidéos circulent sur le net informant que les eaux sénégalaises sont devenues poissonneuses suite aux décisions prises par le Président Diomaye Faye pour redorer le secteur de la pêche. Cette information est qualifiée de fake news par les acteurs du Conseil National Interprofessionnel de la Pêche Artisanale au Sénégal (CONIPAS) et des Conseils locaux de la Pêche Artisanale (CLPA). Leurs responsables estiment qu’il faut au moins 4 mois pour une régénération de la ressource.
Reportage Seynabou DIALLO

Invité : Alassane Diatta, Coordonnateur des Conseils Locaux de la Pêche Artisanale (CLPA)

Alassane Diatta, Coordonnateur national des Conseils Locaux de la Pêche Artisanale (CLPA) est l’invité du journal. Il revient dans cet entretien sur la régénération des poissons qui serait due, selon certains, par la publication des listes des bateaux autorisés à pêcher dans nos eaux. Pour lui, il faut naturellement attendre 4 mois. Il ajoute que les vidéos qui montrent les captures de poissons n’a, selon lui, aucun effet direct.
Entretien réalisé par Seynabou DIALLO

Renégociation des contrats pétroliers : Gacyen Mouely Mouana avertit l’Etat

Renégociation des contrats pétroliers déjà signés, ambition affichée par les nouvelles autorités sénégalaises. L’Associé co-gérant de 3M-Partners & Conseils met en garde l’État du Sénégal. Gacyen Mouely Mouanga soutient que cela peut impacter négativement le climat des affaires et faire fuir les investisseurs. Il s’exprimait lors de la réunion préparatoire des journées du pétrole tenues ce matin à Dakar. Prévues aux Émirats Arabes-Unis au mois de juin, ces journées sont axées sous le thème « Impacts des Contrats de Partage de Production (CPP) sur les économies nationales africaines ».
Seynabou DIALLO

Invité : Dr Makhtar Thiam, ancien Directeur du Centre ouest africain pour le commerce

La réduction ou la suppression des taxes, voilà deux leviers sur lesquels le gouvernement peut s’appuyer pour baisser les prix des denrées alimentaires, dixit ainsi l’ancien directeur du Centre ouest africain pour le commerce. Makhtar Thiam prône également l’encadrement des prix avec le retour des magasins témoins ou Sonadis. Il soutient toutefois qu’avec une réelle volonté politique et l’adhésion des populations, il est possible d’avoir une solution durable concernant la baisse des prix.
Il est interrogé par Seynabou DIALLO

Invité du jour : Le Docteur en économie Mamadou Samba Hann sur les prix des denrées alimentaires

Ce 15 mai, date limite donnée par le Président pour proposer un plan d’urgence opérationnel de lutte contre la vie chère assorti de mesures hardies de baisse des prix des denrées de consommation courante ainsi que de services essentiels. Selon le docteur en économie, Mamadou Samba Hann, le Sénégal n’a pas pour l’heure les leviers nécessaires pour baisser les prix des denrées alimentaires. L’économiste estime qu’il faut endogénéiser notre économie car même si l’État renonce à une partie de la TVA qui s’applique aux prix du riz, du sucre ou encore de la farine, cela va se répercuter à long terme sur notre économie.
Il est interrogé par Seynabou DIALLO

Recensement du personnel enseignant : Les syndicalistes apprécient différemment

Le recensement exhaustif du personnel enseignant en service dans les écoles, établissements et structures demandé par le Président Bassirou Diomaye Faye va se poursuivre jusqu’au 17 mai prochain. Démarré depuis avril, ce recensement vise à dresser une photographie exhaustive et précise de la répartition de nos ressources humaines. Certains syndicats d’enseignants saluent la pertinence de cette initiative. Si le Syndicat Autonome des Enseignants du Moyen Secondaire (SAEMS) pense qu’il est important de savoir si les effectifs déclarés sont corrects par rapport à la masse salariale déclarée, le Syndicat des Enseignants Libres du Sénégal (SELS/Authentique) demande d’aller vers la réorganisation du système d’évaluation des examens.
Seynabou DIALLO pour plus de détails

Invité : El hadj Malick Youm, SG du SAEMS sur le recensement du personnel enseignant

El Hadj Malick Youm est l’invité du journal. Le Secrétaire général du Syndicat Autonome des Enseignants du Moyen Secondaire (SAEMS) est revenu dans cet entretien accordé à Seynabou Diallo sur la pertinence du recensement du personnel enseignant demandé par le Président de la République. Un des avantages pour lui serait de savoir si les effectifs déclarés sont conformes à la masse salariale déclarée. Il est également revenu sur les attentes des syndicats pour améliorer le système éducatif sénégalais.
Suivons leur entretien

Revue de la loi d’orientation agrosylvopastorale : Les acteurs se prononcent

Le Président Bassirou Diomaye Faye pour la revue et l’actualisation de la loi d’orientation agrosylvopastorale. Certains acteurs du secteur soutiennent cette requête du Chef de l’Etat donnée en conseil des ministres. Car, selon eux, les conflits entre éleveurs et producteurs sont toujours de mise malgré le code pastoral voté en 2023 pour y mettre un terme. Pour les membres de l’Association pour la Promotion des Produits Agricoles du Sénégal (APPASEN), seul un foncier pastoral peut mettre un terme à ces conflits tandis que l’Observatoire des femmes en élevage plaide pour l’application de la loi et sa traduction dans toutes les langues locales du Sénégal.
Reportage Seynabou DIALLO

Invité : Issa Oumar Basse, Président APPASEN sur la loi d’orientation agrosylvopastorale

En conseil des ministres, le Chef de l’Etat a demandé la revue et l’actualisation de la loi d’orientation agrosylvopastorale. Le Président de l’Association pour la Promotion des Produits Agricoles (APPASEN) adhère à cette initiative et demande une évaluation de cette loi qui a duré 20 ans. Issa Oumar Basse d’ajouter que le code pastoral adopté en 2023 est en cours de vulgarisation. Seul un foncier pastoral peut mettre fin, selon lui, aux conflits entre agriculteurs et éleveurs.
Il est joint au téléphone par Seynabou DIALLO

Emigration irrégulière : Les autorités invitées à changer la façon de gérer ce fléau

A Saint-Louis, la Marine a intercepté une pirogue transportant 67 candidats à l’émigration irrégulière en provenance de la sous-région. Une autre pirogue transportant 32 passagers et deux corps sans vie a été aussi arrêtée à Gandiol. Une situation qui témoigne que ce phénomène est toujours d’actualité. Désespoir, raréfaction des ressources halieutiques, manque d’emplois expliquent cette situation, selon le Coordonnateur de l’antenne Dakar de la Raddho. Sengane Senghor invite les nouvelles autorités à changer la façon classique de gérer ce fléau. Le Conseil Local de la Pêche Artisanale (CLPA) de Cayar, pour sa part, demande l’audit du pavillon du Sénégal pour éviter les prête-noms qui contribuent à la surexploitation des ressources.
Reportage Seynabou DIALLO

YouTube