Catégorie : Seynabou Gaelle Diop

Relance de l’économie : Des investissements lourds pour une agriculture porteuse

Pour sauver le Sénégal d’une possible récession, le Chef de l’Etat annonce un programme pour la relance de l’économie nationale, qui se reposera sur des bases productives dont l’agriculture. Pour ce faire, la campagne actuelle bénéficie d’un budget exceptionnel de 60 milliards pour renforcer la productivité agricole et la construction de systèmes alimentaires résilients. Mais pour les acteurs agricoles, il faut une maitrise de l’eau et un accompagnement des exploitations familiales pour espérer atteindre cet objectif.
Seynabou Gaëlle DIONG



Taamu Sénégal : Une initiative pour la relance du secteur touristique

Taamu Sénégal parmi l’une des nombreuses initiatives pour relancer le tourisme sénégalais. Une opération destinée à promouvoir le tourisme local qui fait son bout de chemin. Depuis le début de la pandémie de la COVID 19 entrainant la baisse du trafic aérien, les réceptifs hôteliers ne font plus de chiffre d’affaire. Alors en dehors du protocole sanitaire et autre action stratégique pour la relance du tourisme, Taamu Sénégal vient combler le manque à gagner des acteurs touristiques.
Les détails avec vous Seynabou Gaëlle DIONG



Finance durable : Le Sénégal rejoint la plateforme internationale créée en 2019

Le Sénégal rejoint la plateforme internationale sur la finance durable. Créée en 2019, cette plateforme agit comme un forum pour faciliter les échanges et coordonner les efforts sur les initiatives et les approches de la finance écologiquement durable. Selon le communiqué du ministère des finances et du budget, cette plateforme est essentielle pour stimuler les investissements et réorienter les flux de capitaux. Elle est soutenue par la Banque Européenne pour la Construction et le Développement.
Plus de détails avec Seynabou Gaëlle DIONG



Invité du jour : Boubacar Savaly, Président du Syndicat d’initiative et de tourisme de Thiès/Diourbel

Le tourisme balnéaire enregistre un taux d’occupation quasi nul. Depuis mars, les réceptifs hôteliers sont à l’agonie avec un taux de réservation qui avoisine le zéro pourcent. Le tourisme résidentiel, quant à lui, est à 50% du taux d’occupation les weekends et de 5 à 10% les semaines, nous dit Boubacar Sabaly. Pour le Président du Syndicat d’initiative et du tourisme de Thiès/Diourbel, la relance se fera avec l’ouverture des frontières aériennes. Toutefois, il travaille avec les tours operators pour un retour rapide des touristes.
Boubacar SABALY est au téléphone de Seynabou Gaelle DIONG



Crise au Mali : ENDA CACID et ses pairs condamnent la décision de la CEDEAO

Les crises sécuritaires et démocratiques qui se manifestent dans la sous-région incitent les citoyens de la CEDEAO issus des mouvements et organisations de la société civile à prendre la parole. Ils dénoncent les sanctions économiques prises à l’encontre du Mali, la non réalisation de la vision 20-20 qui consiste à passer d’une CEDEAO des Etats à celle des peuples. Les signataires de cette déclaration sont préoccupés de l’effritement de l’image de la CEDEAO. L’objectif de la conférence de presse de ce matin est de porter une véritable vision populaire dans laquelle les citoyens de la Communauté Economique sont écoutés, responsabilisés et impliqués.
Seynabou Gaëlle DIONG



Invité du jour : Abdou Sané, environnementaliste sur l’habitat au Sénégal

La plupart des habitats de Dakar et sa banlieue sont précaires car ils ne répondent pas aux aspirations des populations. L’expert en environnement soutient que la question de l’urbanisation est un manque de volonté affiché par les autorités. Abdou Sané s’interroge sur le projet de 100 mille logements qui est mal pensé, selon lui, et ne prend pas en compte la dimension environnementale. Le manque de planification, la concession de l’ouvrage et les matériaux utilisés dans la mise en œuvre de ce projet doivent être repensés pour ne pas agresser l’écosystème.
Abdou SANE est interrogé par Seynabou Gaëlle DIONG



Invité du jour : Meissa Babou, économiste, sur la fermeture des frontières par la CEDEAO au Mali

La CEDEAO condamne le coup d’Etat perpétré contre le gouvernement malien. Toutes les frontières sont donc fermées au Mali, pays très dépendant de ses voisins pour ses exploitations. Un blocage continu risque de mettre en mal le pays et provoquer d’autres soulèvements populaires. Pour Meissa Babou, économiste, les missions de la CEDEAO qui vont négocier avec les nouveaux maitres, devront prendre en compte le volet social et économique et lever le pied sur certaines restrictions.
Il est interrogé par Seynabou Gaëlle DIONG



Cherté des matériaux de construction : Diaraf Alassane Ndao opte pour de nouveaux types de construction

Le coût élevé de la construction s’explique par la cherté des matériaux de construction. Le Secrétaire général du Syndicat des BTP invite les Sénégalais à changer de paradigmes et à opter pour de nouveaux types de construction. Toutefois, l’Etat doit former la main-d’œuvre qui doit accompagner ce changement.
Diaraf Alassane NDAO est joint au téléphone par Seynabou Gaëlle DIONG



Invité du jour : Idrissa Ndiaye, membre de l’Ordre des Architectes du Sénégal

Seuls 4% des sénégalais font appel à l’expertise des architectes pour construire une maison. A Dakar, la question du logement est devenue très périlleux et le conseil présidentiel sur la question n’est pas venu au bon moment, estime Idrissa Ndiaye. Selon ce membre de l’Ordre des architectes du Sénégal, des logements sont construits sans tenir compte de l’urbanisation. Or, l’Etat doit investir dans l’aménagement urbain des villes, au-delà même, impliquer les promoteurs immobiliers à verser un dividende qui permettrait d’aménager l’espace urbain.
Idrissa NDIAYE au téléphone de Seynabou Gaelle DIONG



Invité : Moctar Mbengue, Directeur de cabinet du maire de Keur Massar sur la modernisation des marchés

Modernisation des marchés et espaces commerciaux ; le Président de la république a pris ces mesures lors du conseil des ministres d’hier. Ce projet d’une enveloppe de 69,5 milliards FCFA va permettre de rendre les marchés beaucoup plus accessibles et à l’ère du temps. La commune de Keur Massar qui compte 6 grands marchés dont la plupart est en réfection attend une grosse part du financement pour le démarrage des travaux. Selon Moctar Mbengue, Directeur de cabinet du maire de Keur Massar, des propositions sont déjà consignées dans un cahier qui doit être remis au Chef de l’Etat.
Il est interrogé par Seynabou Gaëlle DIONG