Catégorie : Sadio Sylla

Sénégal : Le taux de croissance attendu à 7,4% sur la période 2024-2026

Le taux de croissance du Sénégal est attendu à 7,4% sur la période 2024-2026, selon le rapport de la Banque Mondiale sur l’économie sénégalaise publié ce matin. Ce document stipule que le Sénégal est resté résilient avec une stabilité macroéconomique. En dépit des instabilités dans la sous-région et les chocs exogènes notamment avec le dérèglement du commerce mondiale et les crises, les secteurs primaire et secondaire sont restés assez dynamiques pour soutenir la croissance positive du pays. Cependant, des efforts doivent être fait dans la lutte contre la pauvreté à travers une redistribution équitable des ressources et une gestion intelligente de la dette.
Wilfried KOUAME Économiste Principal de la Banque Mondiale pour le Sénégal au micro de Sadio SYLLA

Migration et intégration : La réforme de la CEDEAO s’impose

D’après Mignane Diouf, malgré la remise en question de la CEDEAO il y’a plusieurs défis auxquels les Etats membres doivent faire face. Des défis qui ont pour noms stabilité, démocratie, changements climatiques et construction d’un Etat fédéral fort. Aucun pays ne peut réussir en autarcie à faire face aux enjeux migratoires dans l’espace CEDEAO. Il appelle donc les Etats à revoir certains mécanismes de gouvernance de cet instrument d’intégration. Le Coordonnateur du Forum Social Sénégalais s’exprimait en marge de l’atelier de restitution de l’IPAR sur la migration.
Nous l’écoutons au micro de Sadio SYLLA

Invité : Ibrahima Dally Diouf, Directeur de l’IFACE sur les orientations du ministère de l’enseignement

La mise en œuvre des nouvelles orientations du ministère de l’enseignement supérieur est impossible selon Ibrahima Dally Diouf. Le Directeur de l’IFACE et enseignant à la FASEG affirme que les autorités se sont trompées d’interlocuteurs en planifiant les nouvelles stratégies de développement de l’enseignement supérieur. Il ajoute qu’il y’a des préalables sur lesquels les autorités n’ont aucune lisibilité. Ce qui risque d’anéantir les efforts notamment au plan pédagogique et des infrastructures dans les universités.
Ibrahima Dally DIOUF est au micro de Sadio SYLLA

Le plan stratégique 2024-2028 de l’IPAR lancé ce matin

Lancement ce matin du plan stratégique 2024-2028 de l’IPAR. Selon son Directeur exécutif, la modernisation des exploitations familiales occupe une place importante dans les politiques agricoles pour atteindre l’autosuffisance. Dr Cheikh Oumar Ba d’ajouter qu’il y a 3 défis à relever en Afrique ; le changement climatique, la pression démographique et la migration pour réussir une agriculture durable et créatrice de croissance sociale et économique. Il s’exprimait lors de l’atelier de lancement axé sur le thème « modernisation des exploitations agricoles au Sénégal et en Afrique de l’ouest, un impératif pour l’établissement de systèmes alimentaires ».
Compte rendu Sadio SYLLA

UCAD : Les décisions prises par le ministre de l’enseignement supérieur saluées

1.500 enseignants-chercheurs et personnels administratifs seront recrutés, d’après le ministre de l’enseignement supérieur qui signale que les orientations des nouveaux bacheliers vont débuter le 19 septembre pour prendre fin le 15 octobre. Ces décisions du Dr Abdourahmane Diouf sont saluées par les étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop. Ces derniers plaident toutefois pour l’augmentation des infrastructures sociale et pédagogique, le renforcement du personnel enseignant et le paiement à temps des bourses. Un changement de comportement est indispensable, selon eux pour la pacification de l’espace universitaire.
Reportage Sadio SYLLA

Levée de l’interdiction du transport de cajou par voie terrestre : Les routiers applaudissent

La noix de cajou peut désormais être transportée par la voie terrestre. En effet, le ministère du commerce et de l’industrie vient de lever la mesure interdisant le transport par la route. Les routiers applaudissent. Ces derniers soutiennent que cela permettra à toutes les parties prenantes de mieux tirer profit de la filière. Ils invitent toutefois les autorités à encadrer la traversée du pont Sénégambie qui cause beaucoup de désagréments.
Reportage Sadio SYLLA

Invité : Siaka Diallo, Président de l’Union Interprofessionnelle des Commerçants Importateurs de cajou

L’Union Interprofessionnelle des Commerçants Importateurs de cajou ne cache pas sa surprise suite à la décision du ministère du commerce de lever l’interdiction du transport terrestre de la noix de cajou. Selon son Président, elle risque de plomber la filière anacarde. Siaka Diallo soutient que le transport multimodal doit être mieux organisé pour le développement de la filière.
Il est joint au téléphone par Sadio SYLLA

BTP et hydrocarbures : Les acteurs plaident pour l’apurement de leur dette

Les Assises de l’entreprise sont prévues les 27 et 28 juin prochain à Dakar. Le secteur privé national qui attend beaucoup de cette rencontre souhaiterait la concrétisation des ambitions affichées par le nouveau régime. Cependant, les acteurs des BTP et des hydrocarbures plaident pour l’apurement de leur dette qui dépasse les 400 milliards et la promotion d’un environnement des affaires favorable au développement des acteurs locaux. Toutefois, une invite est faite aux nouvelles autorités de diligenter le Fonds de développement du contenu local.
Reportage Sadio SYLLA

Invité : Mouhamed Seck, Président Association Sénégalaise de Développement des Energies

Le Président de l’Association Sénégalaise de Développement des Energies (ASDEA) est l’invité du journal. Mouhamed Abdallahi Seck revient dans cet entretien sur les attentes du secteur privé en prélude aux assises de l’entreprise prévues les 27 et 28 juin prochain. Il invite l’Etat à l’apurement de la dette et à la promotion d’un environnement favorable au développement des initiatives des acteurs locaux.
Entretien réalisé par Sadio SYLLA

Corridor Dakar-Bamako : Sénégalais et Maliens dénoncent les nombreuses tracasseries

Le Président Diomaye Faye s’est rendu au Mali et au Burkina Faso ce jeudi. Cela entre dans le cadre de la tournée régionale entamée depuis son élection. Prétexte choisi pour parler de la libre-circulation définie dans l’espace CEDEAO entre le Sénégal et ces pays. Selon les chauffeurs sénégalais et malien rencontrés au Port de Dakar, cela bute sur plusieurs obstacles. En effet, ils affirment tous vivre un calvaire sur le corridor Dakar-Bamako à cause des tracasseries et des nombreux postes de contrôle. Ils dénoncent aussi certaines pratiques au Port de Dakar qui ne favorisent pas le développement de la libre-circulation des personnes et des biens.
Reportage Sadio SYLLA

YouTube